https://unesea.univ-nantes.fr/medias/photo/albanie-picture2_1635416877345-jpg
  • Du 11 octobre 2021 au 17 octobre 2021
    Campus Tertre
    false false

Et si la production numérique accélérait la coopération internationale ? C’est en tout cas le chemin que prend la coopération naissante entre l’université de Nantes et l’université de Tirana. Après un an d‘interruption du programme due à la crise sanitaire, les équipes des deux universités revoient le format de leur projet et envisagent d'axer les programmes des mobilités d'enseignement et de formation Erasmus, vers une acquisition conjointe de compétences, qui permettra de co-créer une ressource éducative libre.

A l'origine du projet, un simple échange entre la représentante de la coopération française en Albanie, et Noémie Larrouilh, directrice UN e-SEA, à l'occasion d'un forum Campus France.
Tout de suite, de forts enjeux communs sont perçus au niveau de la géographie, et à peine quelques semaines plus tard, l'ambassade de France invite sur place Thierry Guineberteau, directeur de l'IGARUN.

"Pour l'IGARUN, il y a un vrai intérêt pédagogique, mais aussi scientifique, indique Thierry Guineberteau.  L'universié de Tirana et l'Albanie font face à des problématiques extrêmement similaires aux nôtres, en termes de gestion des littoraux, problématiques d'érosion, problématiques d'urbanisation, avec une dynamique qui est en Albanie extrêmement rapide, et donc, la nécessité d'avoir des formations un peu plus axées vers les questions d'aménagement et un peu plus opérationnelles pour y faire face".
Afin de permettre aux étudiants de bénéficier d'une approche comparative des territoires, tout en rapprochant les méthodologies enseignées dans chacun des deux établissements, l'idée est venue de faire collaborer étudiants, stagiaires, enseignants et ingénieurs pédagogiques, sur la création d'une ressource éducative libre. Grâce à un premier financement de l'Union Européenne sous forme de Mobilités Internationales de crédits Erasmus Plus, des formations, conférences,  réunions de travail, stages et mobilités étudiantes, seront organisées tout au long des années universitaires 2021-2022 et 2022-2023.

"Le projet de création d'une ressource pédagogique commune permet de faire converger toutes les actions et mobilités entreprises dans le cadre d'Erasmus vers un objectif commun, et ainsi, de décupler leur impact, explique Noémie Larrouilh, qui mène le projet pour UN e-SEA. Cela permettra aussi d'accélérer la capacité de travail en équipe de nos deux institutions, puisque très vite, nous nous situons dans une dimension opérationnelle.

C'est en effet ce que permettra le numérique: matérialiser en direct, par la production d’objets documentaires et d’objets pédagogiques, les collaborations, au fur et à mesure qu'elles s'organisent.